The Wanton Bishops

The Wanton Bishops @ L'Usine
Oui, je pense qu’il faut que j’avoue un jour ou l’autre qu’il m’arrive de m’éparpiller. Avec le Daily Rock, je suis allé faire des photos de The Wanton Bishops à PTR/L’usine. Dans ces situations et surtout lorsque j’ai aimé la soirée, j’ai vraiment envie d’ajouter quelques mots sur ce que j’ai vu ou ressenti, et du coup je l’ai fait dans l’article du Daily, mais en même temps je ne suis pas un grand écrivain, en plus ça prend pas mal de temps si on veut torcher des phrases un tant soit peu lisible, mais quand on se contrôle pour un article de média c’est aussi moins facile de s’enthousiasmer, par ce que l’enthousiasme c’est la subjectivité et si j’écris un article, j’essaye d’être un peu plus dans l’objectivité. Par contre, ici, chez moi, je m’en fous. Et ces revues, non seulement ça prend du temps à écrire, mais ça prend du temps sur mon temps de bloggage et lorsqu’un visiteur revient (par hasard) ici, il pense que je ne fous rien, alors que si, mais ailleurs. Bref je m’éparpille. Mais en même temps j’aime bien ça de temps en temps.

Et tout ça c’était pour vous dire que Wanton Bishops c’est vraiment bien fait, c’est du super bon blues, c’est du super bon rock et en plus les mecs sont sympas et généreux. J’étais avec un copain (très récent) à roulettes et je lui ai donc proposé de lui  prendre un CD et le faire dédicacer. Quand j’ai dit à Nader (le chanteur) que c’était pour mon copain en chaise roulante, il m’a dit « il ne le prendra pas mal si je lui offre ? Je l’ai vu et il dansait dans sa chaise ». Et il a fini par venir avec moi pour le lui remettre en personne. J’étais trouvé ça plein de tact et de gentillesse et vraiment cool. Voilà, ça c’est le genre de choses qui n’apportent rien dans un compte-rendu sur un concert, mais qui remettent un peu de foi dans l’humanité et les joies de la vie. (et salut François !)

Tags: , , , , , , ,
Posted in Blabla, Blues, Musique, Rock | No Comments »

Samantha Fish / Mike Zito

Mike Zito @ SBFAvant de l’entendre à l’Arcadium d’Annecy dans un concert organisé par Arca Blues, je ne connaissais qu’une ou deux choses de Samantha Fish, j’avais entendu quelques extraits ici et là, mais bien assez  pour me réjouir de l’entendre en live ! Et je n’ai pas été déçu:  excellente guitariste, très bonne chanteuse et compositrice, Samantha Fish accompagnée de Chris Alexander (basse) et de Kenny Tudrick (batterie) a fait un excellent show en me prenant tout de suite par les sentiments avec un premier morceau exécuté sur une Cigar Box Guitar 4 cordes. Samantha Fish joue un blues/blues rock assez rugueux dans les sons et le maniement de la guitare, adouci par une charmante voix et quelques tonalités de country ou de vieux blues dans certains morceaux.

Si bien qu’à la fin du concert en discutant avec son tourneur français (On the Road Again, superbe catalogue) je l’ai comparée à une Mike Zito au féminin, car j’avais trouvé beaucoup de similitudes dans le jeu de guitare de Samantha et de Zito que j’avais entendu et vu au Sierre Blues en 2012 avec son propre groupe (avant le Royal Southern Brotherhood). Samantha FishTous deux ont un style de blues qui inclut de longues parties de slide, très présentes et très bien executées et de nombreuses similitudes également dans les sonorités. Je n’étais donc pas très étonné quand on m’a appris que Zito avait pris Samantha sous son aile à ses débuts, avait produit un de ces albums, qu’ils sont tous deux chez Ruf Records (ça je le savais), qu’ils ont souvent tourné en commun et se voient très souvent. Dans mes recherches qui ont suivi, j’ai aussi constaté qu’ils ont non seulement 2 guitares très similaires produites par le même Luthier (de très belles Delaney),  mais que le leur ressemblance est poussée jusqu’à leur attitude sur scène et certaines postures qu’ils partagent comme en témoignent les deux photos ci-contre. Coup de bol que j’ai pris cette photo de Sam, parce que je ne me suis rendu compte de cette ressemblance que bien après être rentré: ils poussent même le vice à avoir les deux le visage dans l’ombre.

Tags: , , , , , , ,
Posted in Blues, Musique | No Comments »

La Fumée Nuit-elle gravement aux Photos ?

Molly Gene One Whoaman Band @ Blues Rules

Vous entendrez la plupart des photographes de concert râler sur 2 sujets en particulier: sur les conditions de lumière du spectacle en premier lieu, sujet récurrent comme la pluie et le beau temps au café du commerce, et juste après sur l’utilisation de fumigènes, qui fera l’objet de mon billet aujourd’hui. Je commence par préciser que personnellement je ne me plains pas souvent ni de l’un ni de l’autre et je fais avec ce que j’ai et voilà; si je voulais tout maîtriser je ferais de la photo de studio et non pas de la photo live.

Grainne Duffy @ FestiverbantLes fumigènes sur scène peuvent être très sympas: on en a besoin par exemple pour mettre en évidence certaines structures des lumières, comme par exemple quand un spot part en rayons comme ci-contre, ou crée des formes géométriques dans la fumée. Au fond de la scène, la fumée crée des tâches de lumière et tapisse de jolies couleurs qui tranchent avec les noirs qu’on trouverait habituellement, introduisant plus de douceur par rapport à un projecteur qui éclairerait le fond de manière beaucoup plus brutale. Mais le problème avec la fumée c’est qu’elle devient très rapidement trop envahissante: une quantité mal dosée, des générateurs de fumée placées à côté du batteur et branchés en permanence et on est certain qu’on ne verra pas le batteur de tout le concert.

deltaR @ FestiverbantTrop de fumée au premier plan créera d’horribles reflets de couleur et rendra évidemment difficile l’ajustement de la netteté sur les musiciens. La fumée entre l’appareil et le sujet est d’ailleurs très trompeuse: l’oeil pourra percevoir assez bien les traits du sujet et donnera le sentiment d’un bonne visibilité, mais on se rendra compte que ce n’est de loin pas suffisant pour l’appareil photo qui rendra une photo très imprécise et surtout des dominantes de couleur qui se réfléchissent dans la fumée. Je pense que le cerveau nettoie tout seul ce type d’images.

AwekPar contre si elle est bien utilisée et en dosage maîtrisé, une large palette de possibilités et de défis intéressants s’offrira au photographe, comme celui d’attraper le moment exact où le musicien est nimbé de veloutes de fumée, son visage ou certaines parties de son corps émergeant nettement des nuages environnants. L’exercice est souvent plus facile dans les concerts en plein air parce qu’il devient possible d’anticiper les mouvements et les dégagements de fumée en fonction de la direction et la force du vent en offrant du coup plus d’opportunités intéressantes par rapport à la fumée en salle, qui aura plus de peine à s’évacuer et restera également plus compact, en grosse masse grise.

Swamp Train @ Blues RulesEn conclusion, je trouve que l’utilisation de générateurs de fumée sur scène ouvre l’éventail des possibles en offrant plus de variété photographique que les concerts sans fumée, mais également de plus grands défis. A condition que cela soit fait avec modération.

Le sujet m’a été inspirée par les dernier concert auquel j’ai assisté, à Samoëns, avec un équilibre de lumières et de fumée qui était nickel.
Royal Southern Brotherhood @ Sierre Blues Festival

Tags: , , , ,
Posted in Gallery, Musique, Photo | 1 Comment »

Awek

Awek
Awek est probablement mon groupe de blues français préféré et si il ne l’est pas parce que certains groupes sont très difficiles à comparer si on y réfléchi trop, il est au minimum dans mon top 3. J’ai rencontré les toulousains en 2010, lorsqu’ils sont venus au BAG à Genève lors des premiers concerts de l’association et je n’ai cessé depuis de les croiser avec bonheur à différents endroits, dont le European Blues Challenge à Berlin ou le Sierre Blues Festival. J’aime leur style très varié allant du pur Chicago Blues à la Nouvelle-Orléans, en passant par des tonalités de musique Cajun et toutes sortes d’autres influences, mais mêlant tous ces styles dans un son et un style propre à Awek. La section rythmique formée par Olivier Trebel et Joël Ferrand  est à toute épreuve: solide, groovant et swingant. Bernard Sellam est un excellent chanteur et guitariste et un très charismatique showman et Stéphane Bertolino, qui complète  le quatuor, est un harmoniciste hors-pair qui arrive mettre dans son instrument de 10 cm une section entière de cuivres, y compris le trombone. De plus, ils sont tous très photogéniques, ce qui est bien pratique :-).
C’était donc un bonheur de les retrouver au Festival Blues en Giffre le 18 mars 2017 dans la très belle salle du Bois aux Dames à Samoëns, où pour l’occasion l’excellent Eric Church remplaçait à la basse Joël Ferrand.
Et n’hésitez pas à acheter leurs albums, les 3 derniers sont exellents ! (et les autres aussi)

Tags: , , , , , , ,
Posted in Blues, Musique, Photo | No Comments »

Magma

J’ai dû réviser mon kobaïen pour le 8 mars car il était bien rouillé: la dernière fois que j’ai entendu Magma en concert ça devait être dans les années 80 et je n’écoutais moi-même pas beaucoup de zeuhl, mais j’appréciais néanmoins beaucoup ce groupe intemporel et original dont quelques-uns de mes amis étaient grands fans. L’avantage d’être intemporel, c’est que ça ne vieillit pas d’un iota et le concert magistral qu’à donné Magma à l’Alhambra en est la preuve. Christian Vander (batteur et membre fondateur) et ses acolytes nous ont livré un concert puissant et magnifique, voguant en quelques morceaux sur des sonorités variées autant qu’étranges, des rythmes organiques ou destructurés et des choeurs tendres ou furieux, dans un ensemble très jouïssif.

Un de mes amis batteurs présents à la soirée (Bernard Trontin, Young Gods ,  Fanfareduloup) m’a appris que jouer du Magma lorsqu’il était un gamin débutant lui avait révélé que la batterie est un instrument à part entière et pas seulement un simple support pour assurer un rythme comme on pourrait se l’imaginer. Ce qu’on comprend facilement quand on écoute Vander.

Pour un avis mieux éclairé, aller voir le compte-rendu de mon ami Alias, un vrai spécialiste de rock prog (entre autres choses).

Magma @ L'Alhambra

Tags: , , , , , , ,
Posted in Art & Culture, Musique, Photo | 2 Comments »

Patti Smith @ Alhambra

La Mère Poétesse du Rock et du Punk était au festival Antigel l’autre soir, dans une salle de l’Alhambra archi-comble pour une première soirée très intime.
Patti Smith était déjà venue au festival Antigel en 2010 pour un concert-lecture au Victoria Hall, accompagnée de plusieurs musiciens et c’est encore elle plus dépouillée qu’elle s’est présentée hier soir accompagnée d’un seul guitariste qui n’était autre que son fils Jackson Smith.

Patti Smith navigue avec émotion entre les lectures de ses livres « M Train » ou « Just Kids » et ses chansons en mode acoustique. Elle raconte avec pudeur et sincérité quelques anecdotes de ses débuts difficiles à New York dans les années 60, de sa vie avec Robert Mapplethorpe, sans un sous en poche et vivant dans un taudis avant de déménager au Chelsea Hôtel. Sa rencontre avec Allen Ginsberg, qui la prend d’abord pour un « joli » garçon, lui offre quelques sous pour se payer un sandwich et un café et quand il se rend compte qu’elle est une fille, Patti lui demande si elle doit lui rembourser le café: « Non, c’est mon erreur » répond-il en rigolant.

Patti Smith l’activiste mentionne le combat de Standing Rock contre le pipeline qui doit traverser des terres et des rivières et menace l’approvisionnement en eau de ces régions, et tous les combats qu’il faut mener pour une meilleur justice, sociale ou économique. Elle parle du rôle de l’artiste comme porte parole de ces mouvements mais rappelle l’importance primordiale de la voix de chaque individu et du pouvoir de la masse: elle terminera d’ailleurs son concert avec « People have the Power ». Un titre auquel elle croit encore.

Patti Smith parlera aussi avec tendresse de ses amis disparus: Mapplethorpe, Grinberg ou Prince à qui elle rendra hommage en chantant une magnifique version de « When doves cry ». Et bien sûr également de son défunt mari Fred Sonic Smith, le « Frederick » de la chanson qu’elle intérprétera avec son fils dans un grand moment d’émotion.

Pas de photos de votre serviteur pour illustrer ce magnifique concert (pas eu d’accréditation pour ce spectacle), mais voici une très belle photo de mon ami Davide Gostoli, avec sa permission et mes remerciements !

Patti Smith par Davide Gostoli

Tags: , , , , ,
Posted in Art & Culture, Musique, Opinion | No Comments »

Edimbourg

EdinburghC’est rare que j’aie le temps de trier mes photos de voyages, et pour une fois que je le prends, c’est pour trier des images qui ont été faites en hiver, dans des conditions peu lumineuss,  humides et froides à Edimbourg. Nous nous attendions bien évidemment à rencontrer ces conditions, la pluie et les nuages n’étaient donc pas une surprise,  mais j’ai plein de photos qui dorment dans le disque dur, prises lors de voyages plus ensoleillés ;-), notamment l’Ecosse en 2014. Ce qui n’a pas empêché d’avoir une ou deux occasions pour faire de bonnes photos, notamment lorsque la lune s’est montrée pour nous distiller une atmosphère digne de Frankenstein (qui est également un pub sympa d’Edimbourg).

Edinburgh

Edimbourg est une très chouette ville et pas seulement parce qu’on y boit de délicieux whiskies: il y a pléthore de beaux musées, d’églises et de cathédrales à visiter, une foule de petites ruelles à découvrir, de nombreux pubs chaleureux et de très bons restaurants ! Si, si ! La cuisine anglaise à mauvaise réputation, mais justement nous sommes en Ecosse et nous avons découvert de très belles choses dans des restaurants gastronomiques et les pubs du Royal Mile que nous avons visité étaient tous très bons !

Edinburgh

Tags: , , , , ,
Posted in Gallery, Photo, Voyage | No Comments »

Fanfareduloup Orchestra

Fanfareduloup Orchestra -Terrain VagueJ’ai eu le plaisir il y a quelques mois d’être invité à être le photographe du Fanfareduloup Orchestra pendant leur saison 2016-2017, qui coincïde également avec leur 20ème anniversaire (sous leur forme actuelle). L’expérience est intéressante à plus d’un point de vue. D’abord musicalement, cela me permet de suivre une saison entière de cet institution de la musique genevoise et de redécouvrir toute la diversité de l’orchestre et leur facilité à s’exprimer et s’intégrer dans toutes les formes musicales, qu’il s’agisse de chanson, de musique orientale, de thé dansant, d’improvisation ou n’importe quelle autre forme !

Du point de vue photographique la saison a également été riche en défis qui  m’ont entraîné en dehors de mon domaine de confort. Il y a eu le « Grand Charivari » pour commencer: un spectacle qui s’est déroulé essentiellement dans la salle, au milieu du publique, avec des groupes de musiciens complètement délocalisés et la question essentielle de savoir comment rendre cette spatialité 3D sur une photo 2D. Il y eut aussi le thé dansant, et l’envie bien sûr de montrer le mouvement des danseurs du dimanche après-midi: si il n’est pas très difficile de faire des flous et des filés en temps normal, en basse lumière ce n’est pas évident du tout.

Le plus récent défi (28 et 29 janvier 2017) était de photographier la projection du film « Terrain Vague« , du réalisateur genevois, Philippe Grand, accompagné par une musique d’improvisation du groupe qui jouait au milieu de la salle dans le noir presque complet. Pour une fois je suis donc venu avec un flash que j’ai planté à différents endroits, cherché les réglages optimaux pour que le film et les musiciens aient la même exposition en faisant gaffe que le flash ne se projette pas sur l’écran ce qui aurait terni la projection (comme on peut le voir à faible dose sur certaines photos). Dans ces circonstances, il n’aura été possible de ne prendre des photos que lors des répétitions, bien évidemment. Et pour finir, j’ai décidé de jouer sur le noir/blanc et les couleurs pour différencier le film de la musique, ou à la fin pour différencier les musiciens du public. En conclusion, un peu de stress, mais au final beaucoup d’amusement et d’expérience en plus.
Fanfareduloup Orchestra -Terrain Vague

Tags: , , , , , , , ,
Posted in Art & Culture, Ciné, Gallery, Photo | No Comments »

Hell’s Kitchen(ette)

Hell’s Kitchen est le premier groupe que je connaisse qui ait modernisé le blues en le « déclaptonisant », commme ils aiment à le dire eux-même, en revenant à une énérgie plus brute, plus directe et en puisant  leur inspiration dans le delta originel et le north mississippi hill country blues, des genres qui fort heureusement reviennent à la mode. Il existait peut-être probablement d’autres groupes dans ce genre il y a quinze ans, mais pour ma part j’écoutais essentiellement des classiques du Chicago comme BB King ou Muddy Waters.

Dans la version « Hell’s Kitchenette », le trio genevois est le même, la batterie un peu moins encombrante et le style est un peu plus blues que celui du « Hell’s Kitchen » original, ce qui n’est pas pour me déplaire personnellement, même si j’apprécie les deux variantes du groupe. Je ne peux que vous recommander le dernier album du groupe, Red Hot Land, (mais les autres sont tout aussi intéressants) qu’on peut se procurer depuis le site de Hell’s Kitchen ou dans toutes les bonnes drogueries.
Hell's Kitchenette

Il m’arrive parfois dans certains lieux, comme celui-ci dont je connaissais les niveaux d’éclairage, d’informer mes amis musicos qu’il est possible que je ne fasse pas de photos bien que j’aie amené mon matos. En realité, je pense que ça n’a jamais été le cas et j’ai toujours essayé de tirer quelque chose des pires conditions de lumière. Dans ce cas précis, même en noir/blanc (ou quasi), la situation était extrême, les ISO étaient au maximum ou presque et bien sûr cela se voit au niveau de la précision et la netteté des sujets, et au final les images ne sont pas très propres. Mais ça reste toujours une fierté d’en avoir tiré quelquechose et aussi l’occasion d’avoir un style photographique un peu différent.

–> L’album photo de Hell’s Kitchen
–> Site de Hell’s Kitchen

 

Tags: , , , , , ,
Posted in Blues, Musique, Photo | No Comments »

Sidewalk Blues Gang

J’étais très curieux ce samedi d’aller découvrir ce nouveau blues band à Genève, Sidewalk Blues Gang qui se produisait au Britannia Pub pour leur première performance mondiale. Je ne risquais pas grand chose puisque je connaissais le 3/4 des musiciens, qui officiaent auparavant dans deux autres formations de blues de très grande qualité: Amaury Faivre (voix, guitare, harmo) et Yves Staubitz (guitare) d’une part et l’excellent Serge Michaud (batterie), d’autre part: il n’y avait que le bassist Steve Kundert que je rencontrais pour la première fois. Et je n’ai pas été déçu ! Bien que le groupe n’ait été formé il n’y a que quelques semaines, tout est déjà un place ! Bien sûr pour se roder les musiciens ont repris de nombreux standards du blues, mais on sait qu’Amaury a de nombreuses compositions sous le capot, prêtes à revenir. Le jeu de Faivre et Staubitz est toujours aussi varié, alternance de chant, guitare et harmonica sans jamais lasser une seconde, soutenu par une section rythmique solide comme du béton, pour ce qui est du rythme, mais soyeuse, sexy et aérienne pour ce qui est du groove. Bref « a new kid is in town » et on se réjouit déjà de le suivre.

En ce qui concerne les photos, en raison de l’environnement riche en éléments perturbateurs (écrans TV, passage de voiture derrière les vitres, décor pub, etc…) et aussi de l’éclairage très cru, j’ai choisi de faire des photos très désaturées, presque Noir/Blanc, dans un style que j’affectionne dans les lumières moins faciles et qui leur va aussi assez bien.
–> L’album photo
–> Le site de Sidewalk Blues Gang

Tags: , , , , , ,
Posted in Blues, Gallery, Photo | No Comments »